Cela a commencé par un simple exercice pour Studio Ciné Live. La commande était d’inventer des suites aux films cultes des années 90 pour accompagner la sortie de T2 : Trainspotting. Tout était autorisé, le délire étant vivement conseillé. Je ne devais écrire qu’un synopsis. Je me suis prise au jeu. Voici donc les suites que j’ai imaginées pour Seven, Forrest Gump et Un jour sans fin.

Eight

Suite de Seven de David Fincher (1995)

Brad Pitt (David Mills)

Le jour du premier anniversaire de la mort de sa femme, David Mills, qu’un jury n’a jamais pu condamner pour l’assassinat de John Doe, reçoit par coursier un carton contenant la tête tranchée de William Somerset. La police pense qu’un copycat de John Doe cherche à se venger. Mills est placé sous la protection de la police et devient parallèlement consultant sur l’enquête. Il découvre au bout de la 4ème tête coupée la signification de toutes ces morts : la prière de Saint François d’Assise sur la paix et ses huit demandes au Seigneur. « Seigneur, faites de moi un instrument de Ta paix. Là où est la haine, que je mette l’amour. Là où est la discorde, que je mette l’union… » La victime voit la prière du tueur s’exaucer dans l’au-delà. Pour Somerset, la prière était « Là où est le désespoir, que je mette l’espérance. » Deux autres meurtres ont encore lieu. La nuit suivant la découverte de la 6è tête tranchée, le flic chargé de la protection de Mills le voit sortir discrètement et le suit. Il comprend que Mills est le tueur en série et qu’il est tombé dans un piège. Mills tue le flic, sa 7è victime pour la prière « Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière. » Mills se réserve pour être la 8è : il se guillotine pour la prière « Là où est l’offense, que je mette le pardon. »

 

Cours, Forrest, cours

Suite de Forrest Gump de Robert Zemeckis (1994)

Tom Hanks (Forrest Gump)

2020. Le président Donald Trump pense à sa réélection. Pendant sa présidence, le nombre de maris tués en légitime défense par leur femme a augmenté de 49%. Le tourisme a baissé de 82%. Le kilo de fromage français se vend plus cher que le kilo d’héroïne. Forrest Gump, assis sur un banc, mange des chamallows quand il dit : « Maman dit toujours qu’il faut un peu de douceur dans un monde de brutes. » L’homme assis à côté de lui est le directeur du comité national démocrate qui a alors une révélation : l’Amérique a besoin de Forrest. Il lui demande d’entrer en course pour la présidence. Forrest accepte et part en courant. Sa colistière est Michelle Obama. Il court, elle fait les discours. Leur slogan : « Rendre à l’Amérique sa douceur ». Leur campagne est notamment sponsorisée par les crevettes Bubba Gump, le soda Dr Pepper et les chocolats Russell Stover. Trump, sûr de lui, fait à peine campagne. Forrest est élu. Le jour de son investiture, à peine a-t-il prêté serment que Trump, vexé, lui tire dessus. Forrest, tombé dans le coma, est ne peut donc exercer ses fonctions. Michelle Obama devient ainsi présidente des Etats-Unis. Le lendemain, Forrest sort du coma et reprend sa petite vie tranquille.

 

L’ombre sans fin de la marmotte

Suite d’Un jour sans fin de Harold Ramis (1993)

Bill Murray (Phil Connors)

Phil Connors et Rita habitent Punxsutawney avec leur fils, Eliot, 20 ans. Le 2 février, jour de la marmotte, Eliot se réveille dans le corps d’un autre. Il survit à ce cauchemar. Les jours suivants, il se réveille à nouveau dans un autre corps, toujours différent du précédent. Un jour, il découvre un complot pour empêcher Kelly, 20 ans, de participer au concours de sculpture sur glace qu’elle gagne depuis des années. Chaque jour, incarnant un nouvel inconnu, Eliot doit trouver une raison de passer la journée avec elle pour la protéger. Il en tombe amoureux. Un jour, il se réveille dans le corps de celui qui doit agresser Kelly le lendemain. Le lendemain, il la sauve de l’agression. Le jour suivant, il se réveille dans son propre corps mais prisonnier de sa chambre. Ses parents ne comprenant pas ses changements de personnalités l’ont enfermé. Il s’échappe pour retrouver Kelly et lui déclarer sa flamme mais elle n’a d’yeux que pour celui qui l’a sauvée et qui ne se souvient de rien mais qui est content d’être au bras d’une jolie fille.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer