Pour une fois, OCS Signature abandonne la comédie pour une série sérieuse et s’essaye au genre rare en télé française de la science-fiction avec Missions. Un essai brillamment réussi. Sur OCS à partir du 1er juin.

1 – De la pure science-fiction

L’idée de Missions vient d’Henri Debeurme, producteur notamment de Lazy Company avec Empreinte Digitale. Le but initial était de créer une série de science-fiction à la fois comique et parodique, dans le ton des projets habituels d’OCS Signature. L’arrivée à l’écriture de son ami d’enfance Julien Lacombe a tout changé. La série est devenue nettement plus sérieuse, jouant à fond sur le genre et sur des thématiques comme le mysticisme, la promesse de nouvelles frontières, une planète à sauver…

2 – Un trio de créateurs

Henri Debeurme, Julien Lacombe et Ami Cohen ont développé ensemble les arcs principaux de la série mais chacun a un rôle plus personnel sur ce projet. Julien Lacombe est la caution science-fiction et narration de par sa passion pour la SF. Il a écrit 7 épisodes sur les 10 et réalisé les 10. Ami Cohen est la caution « fun et coolitude ». Il vient du format court et a écrit 3 épisodes. Henri Debeurme est la caution financière et freine les deux autres en termes de production pour ne pas dépasser le budget.

3 – Des références classiques

Julien Lacombe avoue des influences de Joseph Campbell, Isaac Azimov et Arthur C. Clarke et des grands films de science-fiction mais aussi de la série Lost. Chaque épisode se finit sur un cliffhanger mais l’équipe créatrice s’est en revanche imposé que chaque mystère soulevé possède son explication – même si elle n’apparaît pas forcément dans la première saison.

4 – Vladimir Komarov, une histoire vraie

Arben Bajraktaraj

Missions met en scène le cosmonaute Vladimir Komarov, premier homme a avoir perdu la vie dans l’espace, à bord de Soyouz 1, le 24 avril 1967 à l’âge de 40 ans. Lors du vol inaugural de la capsule Soyouz, une succession d’avaries et de problèmes techniques vont causer sa mort. Les ingénieurs du programme spatial russe avaient pourtant mis en garde le parti contre un lancement prématuré, mais il fallait un coup d’éclat pour le cinquantième anniversaire de la révolution – et accessoirement doubler les Etats-unis dans la course à l’espace. Prévenu, Vladimir Komarov a eu la possibilité de renoncer à cette mission suicide mais son remplaçant n’était autre que son meilleur ami, Youri Gagarine. Son destin tragique a enrichi l’intrigue de la série qui se passe pourtant dans un futur proche, les créateurs ayant réservé au cosmonaute une présence des plus inventives. Arben Bajraktaraj qui l’interprète est albanais et a dû apprendre ses dialogues russes phonétiquement. De vrais Russes ont trouvé que son accent était très tchétchène.

5 – Mars en France

Missions a été tourné dans les studios TSF de La Rochelle, notamment pour les scènes dans le vaisseau de 35 m de long qui a été entièrement construit sur un des plateaux par le chef décorateur Nicolas Flipo et ses équipes. C’est en région Centre qu’a été recréée la Russie des années 60 et que d’anciennes carrières géantes ont fait office de plaines martiennes. Les scènes du glacier ont été tournées dans le massif du Mont Blanc, à 2 800 m d’altitude. Enfin, le désert d’Ouarzazate, au Maroc, a accueilli le tournage de Missions car ses paysages se rapprochent suffisamment de ce qui se trouve sur Mars. C’est aussi là que National Geographic a tourné sa série, Mars.

6 – Il a fait chaud

Pendant le tournage dans le désert Maroc, la température a facilement atteint les 45°C. Les acteurs ont souffert le martyr dans leurs épaisses combinaisons. Ils portaient cependant des vestes refroidissantes pour réguler la température de leur corps et les combinaisons n’étant pas hermétiques, l’air passait un peu à travers les tissus. Paradoxalement, les acteurs ont eu encore plus chaud en tournant les scènes dans le vaisseau, à La Rochelle, sans air pour les rafraîchir sur le plateau ni ventilation dans leur casque – les systèmes auraient fait trop de bruit pour enregistrer les dialogues.

7 – Effets spéciaux à l’ancienne

Le rover Télémaque de la mission spatiale qui conduit les astronautes alors qu’ils sont sur Mars, est en fait une maquette de 90 cm de long, fabriquée à l’ancienne par Chris Calcus et filmée dans le désert marocain.

8 – Ex-Open Space

Le titre originel était Open Space quand la série était encore une comédie. Ne correspondant plus au ton sérieux du nouveau projet et pouvant même faire trop penser à une série sur le monde du travail, Missions a été adopté. Avec un « s » car non seulement il y a plusieurs missions mais chaque personnage a aussi sa propre mission.

Hélène Viviès

9 – Version longue

La musique du générique, Genèse, est signée Janski Beeeats. La version complète du morceau dure 3’28’’.

10 – Saison 2

OCS a tellement confiance dans ce projet que le bouquet TV a commandé deux saisons. La saison 2 est déjà en écriture.

Crédit photos : © Empreinte digitale / OCS

 

Enregistrer